Voici l'interview de Seb, auteur du blog "le Comptoir de la BD" et surtout ami de longue date, qui pour moi est véritablement quelqu'un à connaître, par son talent, son caractère, son talent et... et pis voilà quoi !! laissez-vous porter, l'interview est un peu longue... les questions qui se sont rajoutées sont en rouge et les réponses en bleu.

 

Bon, ça fait combien de temps qu’on se connait ?

Et bien je crois depuis que j’ai quelque chose comme 14 ans, donc si j’ajoute deux et retiens 3, ça fait au bas mot 19 ans. Putain, 19 ans, ça y est, notre relation est majeure !

Depuis quand tu dessines ?

Depuis toujours. Et pour longtemps encore, à moins que je ne remplace le Capitaine Crochet.

Premier « vrai » compliment sur tes dessins dont tu te souviennes ?

Aucune idée… Plus que de compliments, c’était les sollicitations étant enfant qui me faisaient plaisir : dessine-moi ceci, dessine-moi cela – je me sentais important, doué et me la racontais grave. Heureusement, ça n’a pas changé.

Alors comme tu aimais me dessiner des trucs dans mes cahiers de texte ?? Est-ce que je peux mettre un des dessins les plus vieux que j’ai encore avec moi (sur mon frigo pour être précise) ? (petite précision : c'est moi sur les photos...)

Oui, be my guest !

SOURIEZ

 

 

 

 

Tes profs de dessins t’en pensais quoi ? est-ce qu’ils t’ont appris des choses ?

Je me souviens assez bien d’eux. Je me souviens surtout de Monsieur Boutier qui me racontait avec une réelle nostalgie qu’il était à la fac en même temps que Tardi, un immense dessinateur contemporain. Je me souviens d’une fois je lui demandais ce qu’il fallait ajouter à un dessin d’un de mes personnages pour l’améliorer et il m’avait dit « rien, il est déjà parfait » et je m’étais senti comme un fou (je me la racontais grave, je l’ai dit plus haut !)

C’était quel personnage ? tu nous en fais un rapide là sur le pouce ?

C'était un dinosaure, et pour le dessiner, là, euh, faudra attendre un peu.

Tu as commencé par lire des « vrais » livres ou des BD ?

Bonne question ! Des livres pour enfants, ça c’est sûr. Après, je me partageai entre la Bibliothèque rose et verte et les albums des Schtroumpfs. J’étais très sérieux, je lisais des encyclopédies (oui, vraiment !), dévorait les livres de vulgarisation historique, les ouvrages de vulgarisation scientifique… A un moment donné, je ne savais plus où donner de la tête entre Mickey Parade, Pif Gadget, les albums de BD, l’intégral de Sherlock Holmes…

Des encyclopédies ? quelle mouche t’avait piqué ?

Aucune, j'ai toujours été un boulimique de connaissances, et je crois qu'il y en a quelques unes dans les encyclopédies...

De quelle manière est-ce que tu transmets ton amour viscéral pour la BD à ta grande crapule ? parceque je suppose qu’elle est loin d’avoir le droit de prendre tes livres sans surveillance !!

Ce qui se transmet pour l'instant, ce sont des personnages. Elle les identifie, se familiarise, construit son univers imaginaire avec des répères que nous essayons tant que possible d'orienter. Sinon, Louise a énormément de livres à elle, des contes, des livres pour enfants, elle feuillette de temps en temps des BD à Papa, mais sous ma surveillance !

Le meilleur souvenir de BD étant petit… le Marsupilami ou bien ?

Je pense que le meilleur souvenir BD c’était quand je me plongeai dans un nouvel album des Petits Hommes, ma série vraiment culte à moi quand j’étais ado. C’était celle à laquelle j’adhérais le plus, mais j’en avais beaucoup d’autres. Le marsu, j’ai presque pleuré le jour où j’ai compris qu’il existait pas en vrai…

Est-ce que tu as une collec de BD à faire pâlir une bonne librairie ?

J’ai une collec de BD à faire pâlir je pense quelques collectionneurs avec certaines dédicaces et certains albums introuvables… Par ailleurs, j’ai toujours pris soin de mes albums dès l’adolescence, ce qui fait qu’ils sont encore en plutôt bonne état après 25 ans.Un libraire trouverait sans doute des choses sympas, donc…

Entre autre HAND7 ? tu veux en parler ?

Le libraire trouverait en effet des exemplaires de ma seule série publiée à ce jour, Hand7, une série en trois tomes au format manga, qui parle comme son nom l’indique de Handball. L’histoire est très basique : une équipe de bras cassés va essayer de conquérir sa place dans l’élite régionale de handball ; c’est le genre d’histoire propice à du second et du troisième degré, j’ai adoré le faire et j’adore le résultat (et d’ailleurs, en clin d’œil, mon dessinateur et moi-même sommes représentés dans la dernière planche…).

As-tu pu facilement partager cette passion avec des amis ou ta famille ?

Pas vraiment. Ma vraie passion, profonde, parfois obsédante, pour la BD, est restée quelque chose de très intime et de très personnel. Je ne me souviens pas d’avoir vraiment essayé de contaminer mes amis à cette passion. J’en ai croisé (Sylvain par exemple) avec qui nous partagions des goûts communs et nous faisions découvrir des séries, mais c’est finalement arrivé très tard, au lycée et surtout à la fac. Ma famille possède une collection de classiques qui m’ont beaucoup appris (Astérix, Lucky Luke, Gaston Lagaffe…). Enfant, mon père me piquait mes Boule et Bill, mais il a arrêté assez vite, il avait perdu le goût… Mais de là à dire que j’ai partagé cette passion, pas vraiment en réalité.

Ton parcours scolaire (à part les virées chez les correspondants allemands, bien sûr) ?

Il va falloir que tu expliques l’histoire des correspondants allemands aux profanes qui lisent ton blog, maintenant… Bon, en ce qui me concerne, j’ai passé toute ma scolarité jusqu’au Deug de Lettres (ou assimilé à l’époque) en établissements privés sur Vienne puis Lyon (Bon Accueil, Robin, là où est née notre relation, jusqu’au Bac, enfin Fac Catho) puis ensuite j’ai fait une spécialisation en presse écrite à l’école de journalisme de Marseille suivie d’une Maîtrise de communication à Aix en Provence. J’ai donc un double profil éditorial/communication. Je ne m’étendrai pas sur les deux-trois années intermédiaires de redoublement ou simplement perdues pour cause de formalités universitaires débiles…

Tu as créé ton blog depuis quand ? un besoin de faire partager ta passion ?

J’anime mon blog depuis environ le 20 janvier de cette année. Je l’ai créé pour épancher mon besoin d’écriture, et mon besoin de parler de BD sans contrainte, en ayant tout loisir de traiter en profondeur ou non tel ou tel sujet. J’ai été journaliste, et le démon de l’écriture ne m’a jamais quitté. Mon travail actuel me permet d’exercer certaines compétences mais ne me donne pas forcément la liberté d’écrire ce que je veux sur un sujet particulier. Mon blog est une soupape pour moi, je peux y parler de tout ce qui m’intéresse et est lié à l’une de mes passions, la BD.

Et l’écriture plus générale… j’veux dire, comme La Cité de Taï ?

La Cité de Taï, c’est le titre de mon second roman achevé et que tu as lu. C’est une histoire mélangeant anges et univers fantastique, tirée d’un scénario de BD que j’avais développé quand j’étais étudiant. C’est un roman de jeunesse, auquel je pense régulièrement (car l’histoire est inachevée), mais dont j’ignore sincèrement si j’aurai un jour et le temps, et l’envie de reprendre le fil. J’ai toujours dix histoires dans ma tête que je veux coucher sur le papier, mais à moins de gagner au loto et de "payer mon temps", je ne vois pas trop comment faire…

Combien de visites à ce jour ?

Environ 40 000, en trois mois et demi, avec des périodes d’exposition et de fréquentation très fortes, et d’autres très creuses. Cela dépend en réalité de la visibilité du blog sur la page d’ouverture du Monde.fr.

Sujet le plus regardé ?

Celui du 10 mai (c’est donc très récent) sur l’accueil qu’a reçu Moëbius, génie du dessin, au Japon. Je ne sais vraiment pas pourquoi ce sujet en particulier a explosé toutes mes statistiques… Il a été vu en 30 heures plus de 1500 fois ! En moyenne un billet est vu entre 300 et 500 fois.

Pourquoi avoir choisi de le créer sur LeMonde.fr ?

Parce que c’est le site d’informations généraliste le plus fréquenté en langue francophone, exception faite bien sûr des fils de news de Google, Yahoo et consorts. Par ailleurs, ils ont une politique envers les blogueurs que je trouve stimulante : si un blog est bien tenu, pertinent, bien écrit, traitant avec compétence et connaissance d’un thème précis, ils le promeuvent. Cela donne un but d’un point de vue éditorial. Par ailleurs, je lis le Monde tous les jours, c’est mon quotidien préféré (même si je ne partage pas toutes les analyses, loin s’en faut). Enfin, j’ai développé des liens d’amitié avec des blogueurs du site, un peu par hasard je dois dire, et là aussi il y a un coté « communauté » qui m’emballe pas mal. On a d’ailleurs prévu pour très bientôt de faire des billets croisés, genre on prend un thème et chacun en fonction de son blog le traite avec son écriture et son ton particuliers. Ca devrait être sympa ! Mais chut, on s’emballe pas !

Et des rencontres de prévues avec ces blogueurs ?

Certaines sont déjà réalisées, d’autres viendront sans doute. Paradoxalement, je ne tiens pas forcément à les rencontrer tous en « vrai », on communique déjà beaucoup par mail, on est « cyber-collègues » et ça va bien comme ça. Mais bien sûr si l’opportunité se présente, je serai content de trinquer avec tel ou tel…

Quels sont les autres dons que tu auraient aimer avoir (mis à part celui du dessin) ?

J’aimerai savoir jouer de la musique, du piano ou de la batterie. J’aurai aimé aller encore plus loin en sport, en athlétisme et au handball, mais mes tourments d’adolescent et mes pépins physiques ont eu raison de ma vaillance, puis la vie étudiante, ses excès, tout ça… Je crois que le don initial pour quelque chose, sans l’envie, ne vaut rien. Par ailleurs, sans le travail, le don n’est pas vraiment exploité (le dessin par exemple, j’aurai dû être plus ouvert intellectuellement et me pousser à aller davantage vers ce que je ne savais pas dessiner, j’étais très étroit d’esprit, plein de fausses certitudes…)

Heureux ?

Avoir trente ans est un âge merveilleux pour moi. Je réalise de nombreux rêves et découvre un plaisir de vivre (voir une raison) que je ne soupçonnai pas, tout cela grâce à une grande blonde fantastique que j’ai eu l’immense chance d’épouser, et à deux petites crapules complètement incroyables qui ont l’insigne honneur de m’avoir pour papa… Ah, et oui, je sais à présent que certaines amitiés se moquent bien du temps qui passe… Ca rassure !

C’est quand qu’on se la boit cette foutue pression en terrasse d’un café ?

Peut-être fin juin, mais faut que le budget suive, c’est un sérieux critère… Ne désespérons pas !

Pas d’autres questions a priori, mais tu vas me le payer très cher, je viens de passer une heure sur ce questionnaire !! :)

Alors… combien de temps pour les questions subsidiaires ??? mdr

ah, 20 minutes, ça va…