Je vais vous raconter l'histoire de mon plus beau cadeau de Noël. Tous les ans j'y pense, depuis 7 ans maintenant. Ce jour où j'ai mangé un dessert ultra-sucré, et où je n'ai pas été malade.

Étant adolescente, j'étais très fatiguée. Le médecin de famille ne cherchant pas plus loin que ces tubes de granules d'arnica disait à ma mère "c'est une adolescente, elle est fainéante" (en gros c'était ça).

Devenue plus "adulte" (genre 21 ans, un bébé adulte quoi) et écoutant les gens autour de moi et certains symptômes me parlant, comme par exemple le fait de devenir fébrile passé une certaine heure pour les repas, une espèce de sensation de manque de nourriture, irritabilité, tremblements, grand vide dans le ventre jusqu'à la douleur, j'ai demandé à mon médecin de faire un test glycémique. (punaise elle est longue ma phrase, 1000 pardons).

BIM ! le résultat tombe comme un couperet, je suis tout le temps en hypoglycémie, avec des baisses flagrantes après les repas. Cherche la logique. En fait je faisais de l'hyperinsulinisme. Trop d'insuline. Tout le temps. En fait, mon pancréas sécrétait trop d'insuline, tout le temps, même quand ma glycémie était déjà très basse. Et si par malheur, je mangeais quoique ce soit de sucré, BIM BAM BOUM, mon pancréas en produisait encore plus.

image

J'ai donc dû apprendre à faire avec, car il y a de ça une quinzaine d'année, ce n'était pas si évident de trouver quoi faire dans ma situation. A tel point que même le médecin du travail j'ai dû lui dire de quoi il s'agissait.

Mon médecin de l'époque m'a dit : "Ne mangez plus de sucre rapide, ni même d'édulcorant, car c'est un leurre pour votre pancréas qui produira la même dose d'insuline qu'avec du vrai sucre. Prenez plutôt du fructose si vous voulez sucrer. Mangez des sucres lents tous les jours et faites attention aux étiquettes de produits raffinés."

Autant te dire qu'à 21 ans... se mettre à regarder les étiquettes des produits raffinés, ne plus manger de chocolat, de bonbons, ne plus boire de coca ou de jus de fruits industriels, plus de fast-food, c'est pas facile.

J'ai donc commencé à éplucher les étiquettes de bouffe (mais merde, TOUS les produits raffinés, même ceux qui sont salés, contiennent du sucre ! une simple soupe en brique ou des chips !), ne plus manger de produits raffinés DU TOUT... tout cuisiner. Les pâtes sont devenues mes amies, je les mettais à tous les repas, plus de légumes en boite, que de l'eau, exit la boite de raviolis le soir quand tu n'as rien envie de cuisiner.

Une chose pratique ceci dit... quand je n'arrivais pas à m'endormir, il me suffisait de manger 2 carreaux de chocolat au lait. Dans la demi-heure qui suivait j'étais rétamée.

Un jour je suis allée voir un endocrinologue. Il m'a fait faire un test. Il m'a fait boire du glucose, un peu comme le test O'Sullivan que toutes les femmes enceintes attendent avec tant d'impatience (sigh). Beaucoup de glucose, et un verre d'eau. Et on a attendu. 1/2 heure plus tard je n'avais plus de sucre nul part, ni dans les urines, ni dans le sang. Et le taux n'a cessé de diminuer au cours des heures suivantes.
Dans la pièce où j'étais ce jour-là il y avait des diabétiques qui discutaient. Et c'était presque à celui qui devait se piquer le plus souvent, un genre de concours du plus malade. Moi j'écoutais ça de loin, car mon état n'était pas génial-génial, je ne pouvais plus bouger (j'avais perdu toute force) et mon cerveau nageait dans un genre de flou total. A un moment, une des personnes présente m'a demandé "et vous aussi vous êtes diabétique ? vous vous piquez souvent ?". J'ai juste pu répondre que non, je faisais trop d'insuline. Plus un bruit. Ils n'ont plus rien dit. Et ouais mec, toi au moins tu peux te soigner, moi... ya rien pour le moment.
L'endocrino, après ce test, m'a donné un traitement censé ralentir l'absorbtion du sucre dans le sang. En gros ralentir la digestion... ok c'est bien gentil, mais va ralentir ta digestion quand tu manges des légumes! wouhou la bonne blague ! bref, j'ai laissé tomber. Je ne suis plus retourné le voir. J'ai continué à tout cuisiner et à manger des pâtes. Et aussi à manger quelque chose de sucré le soir, de temps en temps.

En 2006, je suis tombée enceinte de Lana. La veille de Noël, en fin de soirée, je décide de manger un morceau de gâteau en me disant que j'arriverai plus facilement à m'endormir.... j'ai attendu, attendu, le sommeil n'est pas venu. Le lendemain midi j'ai recommencé avec une papillote (autant te dire que j'avais l'impression de me droguer en public !!). Rien...

En fait, en 2006... je suis devenue normale, la grossesse a stoppé mon hyperinsulinisme. Et j'ai redécouvert les joies de manger du Nutella (+35 kilos pour ma première grossesse hem hem). 

J'ai refait des tests glycémiques (peu !! je devrais faire plus attention je le sais), je suis toujours ras les pâquerettes, mais depuis cette grossesse, quand je mange du sucre, ça ne s'aggrave pas.

Ma fille, tu étais un cadeau à la base, mais tu m'en as offert un alors que tu n'étais même pas née !