Céline du blog blog de mère se demande si nous n'en demandons pas trop à nos enfants. Et elle a raison !

 

On leur demande de ne pas toucher, de ne pas crier, ne pas courir, ne pas taper, ne pas se mettre debout sur le fauteuil, ne pas tirer les habits, ne pas courir après le chat, ne pas farfouiller dans les toilettes, ne pas fourrer les doigts dans leur nez, ne pas de trifouiller dans la culotte, ne pas chanter (faux) (lol), ne pas faire une collec' de cailloux... de fourmis non plus, ne pas...

C'est bien parfois de se rappeler que nous aussi on a été enfant,

97919709_o

 

que nous aussi on a eu envie de regarder par-dessus la banquette au resto pour faire coucou aux gens de l'autre côté,

que nous aussi on a eu envie de courir autour du poteau derrière la caisse au supermarché,

que nous aussi on a eu les yeux plus gros que le ventre en se servant à table "encore un peu, encore un peu...",

que nous aussi on a eu envie de tirer la langue aux gens que l'on doublait en voiture,

que nous aussi on a eu envie de se trainer les genoux par terre pour jouer au chien (et que donc nous aussi on a eu des énormes bobos qui font très mal),

que nous aussi on a en envie de monter le toboggan à l'envers,

que nous aussi on a eu envie de mettre des chaussures de grandes,

que nous aussi on a eu envie de se rouler dans le sable après s'être plongé dans l'eau,

que nous aussi on a eu peur du chien, de l'araignée, de la mouche, de la feuille qui vole et du bruit du camion,

que nous aussi on a eu envie de souffler dans la paille à la place d'aspirer,

que nous aussi on a voulu dire "nananère vieille sorcière"

que nous aussi on a eu envie de voir ce que ça faisait de croquer le cornet de glace par le bas pour voir si ça coule,

que nous aussi on a eu l'impression de chanter avec la même voix que notre chanteuse préférée (moi par exemple je chantais exactement comme Vanessa Paradis),

que nous aussi on a eu envie de manger avec les doigts et de mettre les coudes sur la table (et se toucher les pieds à table aussi),

que nous aussi on a eu envie de revenir le soir parce que nos parents on les aime très fort... très très fort... et qu'on avait un truc à leur dire, (ou qu'on avait soif sinon) (ou encore un dernier petit pipi)...

que nous aussi on a eu envie de manger le sandwich du midi dès que la voiture était sortie du garage (c'est quand qu'on arrive, c'est quand qu'on mange ??)

Souviens-toi juste un instant des choses que tu as pu faire qui ont pu rendre tes parents chèvre à l'époque...

 

Tout est contradiction.

Difficile de comprendre pour un enfant qui se met à marcher qu'il ne doit pas aller par ici ou par là, alors même que quand on le portait on disait tout haut "vivement qu'il marche".

Difficile de comprendre qu'il faut se taire alors même qu'on lui faisait répéter les mots afin qu'il les prononce bien.

Difficile de comprendre beaucoup de choses...

 

Hier je suis allée faire les courses, à la fraiche, avec les filles.

Dans les rayons elles couraient de partout en riant très fort. Je les ai laissé faire. Elle n'étaient pas sottes, ne prenaient rien dans les rayons. Juste, elles couraient et riaient ensemble. Elles ne partaient pas loin de moi.

A la caisse (**), elles sont vite passées de l'autre côté et se sont mises à courir, puis elles s'asseyaient sur le banc, tournaient autour du poteau etc. Toujours dans mon champs de vision.

Et l'hôtesse de caisse m'a dit "vous êtes cool vous, ça ne vous gêne pas qu'elles courent de partout... on oublie qu'un enfant ne peut pas toujours rester sage sans bouger et jouer"... non effectivement ça ne me gêne pas. Elles sont là, pas loin de moi, elles courent en rient, elles se sentent libres !!

Je leur demande déjà beaucoup : on est polie, on se tient bien à table, on évite les gros mots(*), on évite de se relever 350 fois le soir, on essaie de ranger (le méga fail dans l'éducation de nos filles !!), on aide pour la table, on dessine sur la feuille et pas sur le canapé, etc...

Donc quand rien ne justifie une quelconque "tenue", je les laisse juste être des enfants... et pis c'est tout.

 

(*) les gros mots = une fois de temps en temps, on parle gros mots à la maison. Je m'explique : les filles ont le droit pendant un certain laps de temps, à table généralement, de nous dire ce qu'elles connaissent comme gros mots. De toute façon elles en apprennent à l'école, en entendent dans la famille etc, alors ne jamais dire un gros mot reste compliqué. Et en connaître ne rend pas les gens moins bons (bordel c'est vrai quoi !!). On a fait ça hier soir, on a donc entendu des bordel de merde, des putain, des ça fait chier, des t'es con. On a rajouté connard dans leur vocabulaire, ça les a bien fait rire. Au bout d'un certain temps (genre 5 minutes) on a dit que c'était terminé, elles ont arrêter sans rien dire. On est passé à autre chose.

Pour la petite histoire, quand nous sommes rentrés à l'école avec mon frère, mon père nous avait fourni un bagae de gros mots, juste assez pour pouvoir répondre... quand nous sommes revenus, notre bagage était beaucoup plus lourd... on avait dû faire un échange de gros mots à l'école !!

 

(**) C'est comme à la caisse du supermarché, je n'ai jamais interdit aux filles de toucher aux bonbons, j'ai même regardé avec elles, senti les odeurs, secoué les boites de chewing-gum, attrapé pour elles la boite tout en haut du présentoir. C'est vrai après tout, quand elles demandent des bonbons parfois, ce n'est pas pour en acheter, c'est juste pour toucher les boites, sentir, entendre... ça suffit souvent à satisfaire leurs envies (en tou cas pour les miennes ça a toujours marché !!).