Première chose : merci Papa d'avoir fouillé hier après-midi pour me ressortir les histoires des grandes et leurs petits mots !!
Je vous explique, régulièrement je donne des nouvelles, des choses qui se sont passées, des mots qui ont été dit par les filles, des situations cocasses, et je joins des photos.
Et mon Père écrit ces choses, fait des courriers qu'il envoie chaque semaine à son Papa. Jusqu'à l'année dernière il y avait également ma Grand-Mère. Cela permet de faire passer des nouvelles, de garder un contact indispensable.

 

Maintenant on peut commencer !

Le mois dernier je me transformais déjà en enquêteur (trice - teuse, comme tu veux je m'en fiche) pour Amélie Epicétout.

Enquêtes impossibles

Le but étant d'élucider une énigme...énigme que nous choisissons nous-mêmes comme des grands.

Cell que j'ai choisie ce mois-ci c'est "comment NOUS parents arrivons-nous à comprendre ce que veulent nous dire nos enfants ?" (genre entre 1 et 2 ans 1/2)

Tout commence avec les premiers babillages de l'enfant.

On a le droit à des choses que l'on ne comprend pas. Normal. Tu comprends toi "areuh gaga gogo" ? moi non.

Puis l'enfant commence à grandir un peu et tente réellement de s'exprimer "édadibombé"... grand moment de solitude parentale !! cet être tente de communiquer avec nous...

EVENEMENT_E_T_telephonera_maison_a_la_Halle_Tony_Garnier_1346675848

Le problème : l'enfant s'énerve et ne comprend pas que l'on ne comprenne pas, et nous on s'énerve qu'il s'énerve et on ne comprend pas qu'il ne comprenne pas que ce qu'il dit n'est pas humainement compréhensible. Nanméo c'est qui l'patron ?

Alors on essaie de se concentrer, de regarder ce qu'il essaie de nous dire, de regarder ce qu'il veut nous montrer, nous faire écouter...

Concentre-toi et écoute avec moi... "caniout ama papipè"... là tu auras compris le "papipè" qui veut dire s'il te plait... c'est Lana qui nous a inventé le caniout. Et ça veut dire yaourt. Une fois que tu l'as entendu plusieurs fois, dans la même situation, au moment du dessert donc, que tu sors tout ce que contient ton frigo et qu'elle se met à hurler son bonheur quand tu sors le pot de yaourt "caniouuuuut amaaaa" ! tu sais dorénavant qu'il s'agit du yaourt.
On aura aussi eu le potopota pour hippopotame, le coq qui fait coucouliiiiiii et la petite souris qui fait bilibilibilibili avec une vois super aigüe à te faire péter les tympans.

Trouvé par mon père dans les archives familiales :
Lana 5/2/2008 : Cat est retournée à la ferme avec sa fille, qui a été très contente que sa mère comprenne quand elle lui a dit : "I sant' é cot". Elle lui a dit : "Il chante, le coq", et la gamine était toute fière que sa phrase ait été comprise par sa Maman.
"La quenout" = la grenouille ; "è peu" parlant de Blanche qui se mettait à pleurer : "popopo" pour compote de pomme, "dodo le dindon"pour le rhododendron etc...

 

94864095_o

Blanche elle, détestait avoir les mains sales et/ou mouillées et/ou pleines de sable à la mer... (mais là c'est une autre histoire).
Alors dès qu'ele avait les mains mouillée elle venait nous voir à grands renforts d'yeux mouillés et de pleurs en disant "pouilléééé" mais sans pour autant montrer ses mains.
Pareil, après avoir vécu plusieurs fois la situation, quand elle aidait à laver la salade et qu'entre chaque feuille plongée dans l'eau elle s'essuyait en disant "baaah pouillée"... tu arrivas à comprendre que ce mot était en fait le proche cousin de "mouillé".

 

94863809_o

Olivia, elle, nous a inventé le "takoum"... vazy essaie juste pour voir de deviner de quel mot il peut bien s'agir... ne triche pas. Essaie une minute sans lire la suite de deviner...
En fait c'était simplement son "merci". Tu remarqueras que cela n'a rien à voir dans la consonance avec le mot de remerciement normal !
Dans les baragouinages parfois assez durs à comprendre, les grandes soeurs sont aussi des aides parfaites !! « Awa iyon eupié Nana » = je peux avoir les crayons s’il te plait Lana ? (et la grande soeur de comprendre !)

 

94864756_o

Parlons de mon petit extra-terrestre du moment, Emilie. Elle a eu 2 ans en janvier. Elle s'exprime beaucoup et parfois, je peux tenir des conversations avec elle. Certes limitées dans l'intérêt que NOUS adulte on pourrait trouver, mais ultra importantes pour elle... "é yayaon pati"... mais oui j'ai vu ma chérie, l'avion est parti (oui je répète systématiquement ce qu'elle vient de baragouiner, pour qu'elle sache que j'ai compris !!).
Un jour elle est tombée dans les escaliers. Quelques temps après, elle me raconte la chose suivante "Mini é bombé eyayé"... sur le coup je n'ai pas compris et elle s'est énervée... et puis j'ai vu qu'elle me montrait les escaliers. Alors j'ai compris (t'as vu, je suis fortiche*) qu'elle me disait "Emilie est tombée dans les escaliers" !
Et pour en arriver à comprendre Dada, Oïa, Boubou (les prénoms de ses soeurs), "bouki dabédé " qui veut dire encore des brocolis s'il te plait, ben faut être à l'écoute et ne pas prendre ton enfant pour un abruti... genre ne pas lui parler comme à un idiot du village... je crois que là est la solution...

 

94865598_o

 

Donc en résumé pour que toi parent tu arrives à comprendre ton enfant quand il te sort des trucs inaudible, il te faut regarder, écouter, sentir, ressentir ce qu'il te dit. S'il le répète plusieurs fois, estime que cela est important.

Mais bon quand même laisse-moi te dire que quoiqu'il arrive, tu es trop fort ! parce que des fois... c'est quand même pas gagné hein !!

Ya des choses que tu es la/le seul(e) à comprendre ?

 

*mot inutilisé depuis les années 80